Nature, paysage et éducation à l’environnement

INFRASTRUCTURE ÉCOLOGIQUE

L’infrastructure écologique sert à mettre en réseau les milieux naturels protégés et contribue ainsi grandement à préserver et à promouvoir la biodiversité. En collaboration avec Parc Chasseral et le Pays Horloger (en France voisine), le Parc du Doubs élabore dans ce domaine un plan d’action pour les 15 années à venir. Les travaux devront également déterminer comment les mesures prévues dans la région seront appliquées après l’achèvement (en 2017) de la phase pilote. Ce projet est de portée considérable, puisque les cantons impliqués et la Confédération reprendront ses résultats et ses propositions pour construire une infrastructure écologique.

Selon une première analyse, la priorité revient aux interventions destinées à protéger les espèces menacées, en particulier les chauves-souris et les libellules qui vivent aux abords de sources ou le long de petits ruisseaux.

 

Durée du projet

2016-2017 et 2018-2032 (plan d’action)

Principaux partenaires

Office fédéral de l’environnement (OFEV), services cantonaux spécialisés (NE, JU, BE)

Cadre stratégique

Stratégie Biodiversité Suisse, Politique agricole 2014-2017

Lien

Nature Doubs-Chasseral

Pâturages boisés

Façonnés par les activités humaines et l’élevage, les pâturages boisés sont un élément emblématique du paysage jurassien. Le Parc du Doubs, ensemble avec l’Office de l’environnement du Canton du Jura et le Centre de compétence en Sylviculture de Lyss, a délimité la première surface de référence en pâturage boisé de Suisse afin d’y exercer une gestion globale sylvicole et agricole (marteloscope). Cet instrument vise à sensibiliser tant les professionnels, tels les forestiers, que le public intéressé à la valeur écologique des arbres. Il fournit également les bases de décision nécessaires pour procéder à une gestion durable de ce milieu particulier.

Durée du projet

2016 à 2019

Principaux partenaires

Offices cantonaux des forêts et de l’environnement, Centre de compétence en sylviculture (Lyss), communes et autres propriétaires de forêts

Cadre stratégique

Politique agricole 2014-2017, Politique forestière 2020, Stratégie Biodiversité Suisse, plans directeurs forestiers des cantons

Donateur





Revitalisation des lisières

Avec leur succession de buissons, de végétation basse et de jeunes arbres, les lisières étagées animent le paysage. Offrant protection et nourriture à une foule d’espèces sauvages, elles jouent un rôle essentiel dans la mise en réseau des habitats naturels. Pour développer cette infrastructure écologique, le Parc du Doubs travaille en étroite collaboration avec les services forestiers, les propriétaires de forêts et les agriculteurs afin de revitaliser ces écosystèmes.

Durée du projet

2016 à 2019

Principaux partenaires

Services cantonaux des forêts (NE, JU, BE)

Cadre stratégique

Stratégie Biodiversité Suisse, Politique agricole 2014-2017, Politique forestière 2020

Donateur


Ueli Schlageter Stiftung

Biodiversité et rongeurs

Ces dernières années, la prolifération récurrente du campagnol terrestre cause d’importants dégâts dans certains secteurs du parc. Capables de dévorer les racines de la végétation sur de grandes surfaces, les rongeurs causent des pertes économiques aux agriculteurs et nuisent également à la biodiversité. Le Parc du Doubs collabore avec des spécialistes, afin de mettre au point des moyens pour diminuer les pics de pullulation de ces ravageurs. La lutte peut passer notamment par la promotion des prédateurs naturels.

Durée du projet

2016 à 2019

Principaux partenaires

Stations phytosanitaires (NE, JU), Fondation rurale interjurassienne (FRI), chambres cantonales d’agriculture (NE, JU)

Cadre stratégique

Stratégie Biodiversité Suisse, Politique agricole 2014-2017

Donateur



Réimplantation de la fritillaire pintade

La fritillaire pintade, également appelée «damier», est une fleur emblématique des terrasses alluviales du Doubs. Elle se fait cependant de plus en plus rare, car les interventions de l’homme, comme la construction de barrages ou l’intensification de l’exploitation agricole des rives, restreignent son territoire. Un projet de réimplantation à long terme a été lancé dans le parc pour inverser la tendance et stabiliser le peuplement de cette plante menacée.

Durée du projet

2016 à 2019 (phase 2)

Principaux partenaires

Jardins botaniques de Porrentruy et de Neuchâtel, offices cantonaux de la nature et de l’environnement (JU, NE), Pays Horloger (F)

Cadre stratégique

Stratégie Biodiversité Suisse, programme des listes rouges

Donateur





Lutte contre l’impatiente glanduleuse

A l’origine, l'impatiente glanduleusela (ou balsamine de l’Himalaya) a été importée d’Inde pour agrémenter les jardins d’Europe. Elle est désormais classée parmi les espèces exotiques envahissantes et interdite à la vente. La balsamine s’est d’ailleurs propagée jusque dans les zones alluviales du Doubs. Croissant rapidement et recouvrant les autres végétaux, elle supplante les espèces indigènes dans leurs habitats naturels. Le Parc lutte contre cette exotique envahissante en organisant des campagnes d’arrachage, afin de limiter la dissémination rapide de ses graines.

Durée du projet

2016 à 2019 (phase 2)

Principaux partenaires

Offices cantonaux de la nature et de l’environnement (JU, NE, BE), propriétaires privés et entreprises forestières

Cadre stratégique

Stratégie Biodiversité Suisse, ordonnance sur la dissémination dans l’environnement, liste noire des espèces exotiques envahissantes de Suisse

Protection du Doubs

Diverses activités humaines portent atteinte à la qualité de l’eau du Doubs et de l’écosystème de la rivière. Ces atteintes comprennent avant tout l’exploitation de la force hydraulique, l’évacuation des eaux usées, l’utilisation de pesticides et d’engrais, sans oublier les interventions antérieures qui ont modifié les berges et le fond du lit. Puisque le Doubs forme un lien naturel entre la Suisse et la France, seule une collaboration transfrontalière permettra de remédier à ces répercussions néfastes. Pour y parvenir, les responsables du parc ont choisi de miser sur l’information et la sensibilisation de tous les intervenants.

Durée du projet

2016 à 2019 (phase 2)

Principaux partenaires

Pays Horloger (F), groupes de travail binationaux pour la protection du Doubs, communes, organisations environnementales, associations professionnelles et responsables du tourisme

Cadre stratégique

Stratégie Biodiversité Suisse, Convention de Berne, plan d’action en faveur du Doubs du groupe de travail binational, Plan d’action national en faveur du Doubs

Donateur


Fonds d’amélioration écologique naturemade star - Société des forces motrices du Châtelot

Observatoire du paysage

Dans l’Arc jurassien, les parcs naturels régionaux du Doubs, de Chasseral et du Jura vaudois présentent beaucoup de points communs. Dans un paysage où prédominent crêtes karstiques, pentes couvertes de forêts et pâturages boisés riches en espèces, les haies, les murs de pierre sèche et les lisières étagées forment un réseau intéressant de structures plus modestes. Les particularités régionales de chaque parc ainsi que leur évolution feront l’objet d’une documentation photographique. Le Parc du Doubs prévoit d’utiliser l’observation du paysage dans ses activités de sensibilisation et d’éducation à l’environnement.

Durée du projet

2016 à 2019

Principaux partenaires

Communes membres des parcs naturels régionaux, Parcs naturels régionaux du Chasseral et du Jura vaudois, Réseau des parcs suisses, services cantonaux de l’aménagement du territoire (BE, JU, NE), écoles d’art (photographie).

Cadre stratégique

Stratégie paysage de l’OFEV, Stratégie Biodiversité Suisse, plans d’aménagement locaux

Sensibilisation et éducation à l’environnement

Informer et sensibiliser le public a de tout temps occupé une place centrale parmi les efforts entrepris pour préserver et revaloriser le patrimoine naturel et paysager dans le Parc du Doubs. Les animations prévues – événements spéciaux, randonnées guidées, sorties découvertes et sentiers thématiques – s’adressent principalement à la population du parc. Elles visent en particulier à intéresser les élèves de la région à la nature environnante.

Durée du projet

2016 à 2019 (phase 2)

Principaux partenaires

Services cantonaux de l’enseignement (JU, NE, BE), Centre Nature Les Cerlatez, Institut suisse de spéléologie et de karstologie, Musée d’histoire naturelle de La Chaux-de-Fonds

Cadre stratégique

Stratégie Biodiversité Suisse, Plan d’études romand (PER)

Donateur



by moxi